Voyage au pays des oiseaux

Voyage au pays des oiseaux

 

Texte & Photo Xavier LIGNAC

 

image1.png

 

POURQUOI PARTIR EN BELGIQUE ?

Dans le sud-ouest de la France, nous avons trop peu de grandes manifestations ornithologiques, et lorsqu’il y en a, on ne trouve que des oiseaux classiques et hors de prix !

Cependant j’ai la chance de faire parti du club de l’Entente Toulousaine Ornithologique (dont je suis le webmaster   http://www.eto31.fr/  ) et le président (Gaby Becker) organise une à deux fois par an, un voyage de 3 jours en Belgique.

Le programme propose des visites d’oiselleries, grossistes, et éleveurs …Le séjour se termine le dimanche par une bourse aux oiseaux. Depuis de nombreuses années Gaby se rend en Belgique, pour voir des oiseaux et du matériel d’élevage. Cela fait 4 ans qu’il fait profiter les membres de l’E.T.O. de ses connaissances et organise des voyages  chronométrés.

Comme il le dit si bien « on y va pour voir des oiseaux et on n’y va pas pour faire du tourisme ».

 



image-ronde.png 

putte-208-2-2.jpg

 

 Depuis toutes ces années il s’est ainsi constitué un joli répertoire d’éleveurs et adresses d’animaleries. Sur les conseils de ses relations il peut ainsi faire découvrir des petites & grandes bourses, spécialisées en becs crochus, insectivores, faune européenne, canaris couleurs et postures.

Dans les petites bourses tout le monde se connaît, l’ambiance est très sympathique et les éleveurs plus abordables. C’est une fête aux oiseaux avant tout ! Les grandes bourses pour leur part sont plus anonymes certes on y rencontre des éleveurs sérieux, mais d’autres plus douteux qui nous amènent à avoir une attention plus stricte (contrôle des bagues, santé etc.…).

 

LE VOYAGE ET SES DECOUVERTES

                      Nous sommes ainsi partis le 16 septembre 2012. Le rendez-vous à eu lieu dans le centre de Toulouse dans une animalerie bien connue. Le départ était à 15 heures, nous étions 8 répartis dans un véhicule et un fourgon (pour le transport des oiseaux et du matériel). Un premier arrêt à Orléans pour le plein, le casse-croûte, et la pause pipi, c’est le trois en un, puis nous sommes arrivés à Lille sur le coup des 23 heures pour l’hôtel.

 

 

Le lendemain départ 7h45, après une bonne nuit de récupération la période des visites peut commencer. La première oisellerie « chez Bettens » est spécialisée dans les becs crochus, mais on y trouve un peu de tout, (à voir et à revoir) ensuite après 20 mn de route on est à Duponzoo hyper marché de l’animalerie (à voir) puis 400 m plus loinon découvre l’oisellerie Bernaeert (incontournable).

Là les prix sont très abordables, les volières sont un peu surchargées et c’est en majorité du tout venant. Une demi heure de route plus tard nous arrivons chez Vama, magasin de graines, matériels et trophées, (incontournable) les prix y sont très abordables, la propreté est au rendez-vous, on continue 200 m plus loin et l’on est chez Maroyzoo, oisellerie très ancienne, où l’on trouve parfois des oiseaux d’exception. Puis une heure de route pour se rendre chez Eric Van Tendeloo. C’est le magasin qu’il faut visiter en Belgique, l’on y trouve de tout, les oiseaux, le matériel, la nourriture spécialisée, enfin tout.

image2.png

putte-287-1-1.jpg

putte-370-1.jpg

Après une heure de route nous nous rendons près de liège chez Psittacofolie (Magasin spécialisé dans les perroquets ainsi que le matériel, mais l’on y trouve de tout aussi).On y a acheté tout le matériel alu pour faire nos propres volières et celles du club.

LE « MUST »EUROBIRD

Enfin la cerise sur le gâteau se trouve à 20 mn de là, (toujours grâce aux connaissances de Gaby), nous sommes à  Eurobird (club Belge avec un forum du même nom, plus qu’intéressant) qui organisait son barbecue annuel, comme c’est un membre du forum, nous avons été tous invités. Que dire de l’accueil Belge, sinon qu’il est mémorable !

C’est tout simplement le genre de soirée que je souhaite à tous les éleveurs amoureux d’oiseaux : soirée en compagnie de grands éleveurs Belges (nous étions près de 120 personnes) avec leurs conseils vraiment pertinents, cette soirée a été inoubliable et je ne parle pas du barbecue et d’une bière digne d’un festin royal !

LA BOURSE AUX OISEAUX

Le lendemain matin après une nuit courte debout à 6 heures. Nous partons pour la bourse à Putte, une bonne demi-heure de route et nous voilà sur le parking (déjà complet). La bourse de Putte est une grande bourse que j’aime beaucoup, l’on y trouve un très large panel d’oiseau, à des prix très abordables.

Ces derniers sont présentés dans deux salles immenses. (Moi qui aime les euphemes j’en ai pris plein les yeux !). Beaucoup de choix avec des mutations peu communes, mais beaucoup d’oiseaux sont de qualité douteuse. Toutes sortes de crochus de la calopsitte type sauvage en passant par l’ara ararauna pour finir sur des chouettes effraies et des rapaces. Des exotiques de toutes sortes et de toutes mutations, un bémol sur les oiseaux indigènes (chardonneret, bouvreuilsetc…) peu nombreux car ils sont en mue à cette époque. Mais dans l’ensemble les amoureux d’oiseaux trouvent leur bonheur.

 

A 10h30 l’on se retrouve devant le fourgon pour la mise en place des oiseaux, tous les oiseaux sont contrôlés et placés dans des cagots de transport. Ils sont disposés pour la plupart individuellement, avec graines + pommes de pommier et millet en grappe. Cette règle doit être strictement appliquée si l’on ne veut pas avoir de problème de mortalité. L’on entend souvent dire que les oiseaux Belges sont fragiles pour de multiples raisons, mais si l’on suit les règles drastiques concernant le transport, la réception et l’acclimatation des oiseaux tout se passe bien. Ces règles sont  incontournables et l’on aurait tort de les négliger .Le retour se fait sur un rythme moins soutenu, avec beaucoup d’arrêt, nous devons  contrôler les oiseaux pour voir si tout se passe bien et ouvrir en grand les portes du fourgon pour aérer. Je suis rentré chez moi vers 22h30.

putte-378-1.jpg

putte-1-2.jpg

animaux-156.gif

Dans un local j’avais préparé avant le départ la volière de quarantaine avec toute l’alimentation et les abreuvoirs à disposition. Les oiseaux ont eu droit à la lumière toute la nuit, je veux en effet être sûr qu’ils puissent s’alimenter! Le lendemain un contrôle s’impose et me confirme que tout va bien.

UN BILAN POSITIF

                  Ce voyage avec les copains a été fatiguant certes mais tellement agréable, je me suis retrouvé  comme un enfant ouvrant ses cadeaux le jour de noël. Il y a eu tellement de rencontres intéressantes, tellement d’oiseaux,  tellement de  souhaits réalisés, bref cela a été le rêve des éleveurs dans le pays des oiseaux !cependant l’aspect financier vient se greffer : ce voyage était-il rentable ? Je répondrais par la négative car entre le coût du voyage (transport, hôtel, péage, restauration), et la fatigue du voyage, l’oiseau revient aussi cher qu’en France. Mais à la question veux-tu remonter en Belgique ?  Je réponds sans hésitation par l’affirmative : rien que pour le plaisir de voir des oiseaux peu communs, et pour les rencontres, les discussions entre éleveurs, l’ambiance du voyage, et des bourses fabuleuses, ce voyage a été Gigantesque !!!!

Alors merci Gaby et vivement la prochaine !

 

Xavier LIGNAC

 

©Copyright "Entente Toulousaine Ornithologique" 2013, tous droits réservés

Pour ceux que cela pourraient intéresser, deux nouveaux groupes Facebook ont été créés.

L’un concernant les verdiers et l’autre les merles, grives et étourneaux.

 

https://www.facebook.com/groups/1959689440969869/    

 

https://www.facebook.com/groups/1165996750199133/