ELEVAGE DU BOUVREUIL PONCEAU SELON PATRICIA

 

ELEVAGE DU BOUVREUIL PONCEAU SELON PATRICIA

En Belgique, j’ai visité un grand nombre d’élevages. J’y ai vu de tout et son contraire.

Jusqu’au jour où j’ai été invité à passer plusieurs jours chez Arthur et suivre ainsi en direct sa méthode d’élevage, ses astuces et la multitude de petits détails qui font la différence. Au niveau de son mélange, j’étais déjà relativement proche, (la plupart des éleveurs belges utilise ce mélange ou un mélange très proche). Il y avait déjà deux ans que j’avais arrêté l’alpiste dans mon mélange. Et oui l’alpiste dans le mélange vaste débat. Enfin nous sommes les seuls à pratiquer cette méthode et à perdre nos chardonnerets en grand nombre mais bon c’est un autre débat.

Donc le mélange et un déshumidificateur professionnel (50% d’humidité en hiver) sont en réalité la clé de la réussite. Ensuite viennent tous les détails qui font que ça marche bien.

Arthur élève dans un grenier, en volières, sans canari, ni traitement (médicament): 7 couples de chardonnerets, 59 jeunes, pas de mortalité.

Son épouse Patricia élève des bouvreuils dans un abri de jardin.

J’ai demandé à Arthur et à Patricia de me faire un petit article concernant leur élevage donc le voici ci-dessous. Celui d'Arthur est paru le mois dernier. Voici maintenant celui de Patricia.

Je les en remercie tous les deux car si ce sont de grands éleveurs, ils n’aiment pas écrire (chacun son truc) et ils ont vraiment rédigé ces articles pour me faire plaisir.

Gaby Becker

 

 

LE BOUVREUIL PONCEAU par Patricia Corazza 

 

Les oiseaux sont accouples vers la mi-février quand il fait froid et, quand l’hiver est doux, début janvier .

Je mets les nids à la mi-mars, je les laisse tranquille (photo 18)

 

Photo 18

 

Vers la fin mars, je leur donne des bourgeons de bouleau, saule, noisetier puis, quand il n’y a plus de bourgeon, je remplace par du pas d’âne et puis les chicorées toujours en graines mi-mure ou mure, souvent à ce moment nous sommes arrivés fin avril début mai. Je rallonge artificiellement les journées pour soigner avant d’aller travailler, éclairage à 6 h le matin et le soir naturelle la lumière du jour. Quand les premiers nids sont faits je ne donne plus de verdure mais pâtée tous les jours avec pomme et fraise. 

Je ne sépare pas les mâles. Je fais juste attention qu’ils ne soient pas trop nerveux. Quand la femelle couve, il ne faut pas donner trop de vers de farine, de Buffalo, de graine germée aux mâles. Ils deviennent fous et cassent tout. (la femelle peut le faire aussi) .


Quand j'ai des jeunes, je redonne une cuillère à soupe de pâtée le soir vers 17 heures. 
Le matin aux couples qui ont des jeunes, je donne 5 à 6 teignes de ruche congelées et des petits escargots mais pas avant le troisième jour sinon le mâle remonte à feu trop vite et risque de tuer les petits. 
Quand le bouvreuil a tendance à refaire son nid au septième jour c’est que sa nourriture est trop riche et souvent il y a problème. Normalement c’est à partir de 10 à 12 jours en moyenne.


J’utilise du coton raide, blanc et dur, des fibres de coco blanc et brun pour les nids avec des nids en corde brune. 
Quand je sépare les jeunes, ils sont mis en box et je ne les change pas de place jusqu’après la mue. Il m’est déjà arrivé qu’ils stoppent leur mue quand je les change ou que je les rassemble dans une volière.

Les jeunes ont un peu de pâtée le matin. 
Je ne fais pas de cure d’antibiotiques ni de blanchiment avant l’élevage.


Reine des prés pour la mue (plante) 

Mon mélange (photo 19)
2 parts de vadigrans 
2 parts mélange firme hasset
1 part de mélange canari 

Photo 19

 

©Copyright "Entente Toulousaine Ornithologique" 2013, tous droits réservés

 

 

 

L'ARTICLE DU MOIS

 

Les chats tuent des milliards d'oiseaux

 

  • Article du Figaro publié 31 01 2013

 

 

                                                      

Lire la suite ...