Les chats tuent des milliards d'oiseaux

 

Les chats tuent des milliards d'oiseaux

 

  • Article du Figaro publié 31 01 2013

 

Les félins errants et domestiques font des ravages sur la petite faune sauvage.

Faut-il encore avoir des chats chez soi ? La question mérite d'être posée, à la lecture de l'étude documentée publiée dans Nature Communications . Les auteurs montrent en effet que ces animaux qui nous sont si chers se révèlent être de terribles prédateurs achevant par milliards oiseaux et petits mulots. «Nous estimons que les chats en liberté tuent entre 1,4 et 3,7 milliards d'oiseaux et entre 6,9 et 20,7 milliards petits mammifères par an», expliquent les scientifiques. Ces chiffres concernent les États-Unis.

Pour obtenir ces résultats, les chercheurs ont multiplié le nombre de chats aux États-Unis et la quantité d’oiseaux qu'ils sont susceptibles de tuer. «Les écarts dans les résultats s'expliquent par certaines incertitudes», commente Romain Julliard, chercheur en biologie de la conservation au Muséum national d'histoire naturelle. Si l'on connaît le nombre de chats ayant un maître (environ 80 millions), les chiffres sont plus évasifs en ce qui concerne les chats errants (entre 30 et 80 millions). On sait également que les premiers tuent entre cinq et dix oiseaux par an, les seconds entre 30 et 50. Ces écarts expliquent la fourchette globale. Il n'empêche, «ces chiffres sont incroyables», ajoute Romain Julliard.

 

Une des pires espèces invasives

Jusqu'à présent, aucune recherche scientifique de cette ampleur n'avait été menée sur cette question. «On considérait que la responsabilité des chats dans la mortalité des petits animaux était négligeable, comparée aux autres menaces liées aux hommes, qu'il s'agisse des risques de collisions automobiles, des tours d'immeubles ou de la destruction des habitats», soulignent les scientifiques.

Différentes études ont montré que l'introduction de chats là où il n'y en avait pas auparavant provoque des désastres. Ils sont alors considérés comme appartenant aux pires espèces invasives. «Sur les îles, les chats laissés en liberté ont provoqué ou contribué à la disparition d'oiseaux, de reptiles et de mammifères. Trente-trois au total, dont plusieurs espèces d'oiseaux», précise l'UICN (Union internationale pour la conservation de la nature).

Les chats sont aussi indirectement responsables de la disparition d'autres prédateurs. «Lorsqu'ils tuent des oiseaux, les chats errants entrent directement en compétition avec d'autres espèces pour qui c'est la seule nourriture, alors que les matous même sans maîtres peuvent la plupart du temps se nourrir ailleurs et notamment auprès d'habitants attentionnés», explique encore Romain Julliard.

Malgré ces effets nuisibles, «la gestion des chats errants ou qui ont une maison est toujours dictée par leur bien-être plutôt que par leurs impacts écologiques», rappellent les scientifiques qui appellent à une prise de conscience et à un changement. Seront-ils entendus?

 

Le Figaro

 

 

Gaby Becker

Il va de soit que cela devient un réel problème, le nombre d’oiseaux que l’on m’apporte tous les ans victimes de chats devient plus que préoccupant. Les chats domestiques que l’on laisse divaguer (acte répréhensible, voir le code rural) relève d’une inconscience monumentalle, la responsabilité du propriétaire doit être engagée et un chat errant doit être capturé et le propriétaire verbalisé. Certain pays ont déjà réagi et pris des mesures, il est vrai qu’en France les responsables écologiques sont bien plus préoccupés par la fermeture des centrales nucléaires que par la destruction massive des petits oiseaux.

 

Petit rappel.

Loi n° 99-5 du 6 janvier 1999, relative aux animaux errants (Code rural)

Est considéré comme en état de divagation tout chat non identifié trouvé à plus de 200 mètres des habitations ou tout chat trouvé à plus de 1 000 mètres du domicile de son maître et qui n’est pas sous la surveillance immédiate de celui-ci, ainsi que tout chat dont le propriétaire n’est pas connu et qui est saisi sur la voie publique ou sur la propriété d’autrui.

 

Afin de donner une chance aux oiseaux et dans le pire des cas, mettez un collier avec une clochette à votre chat.

©Copyright "Entente Toulousaine Ornithologique" 2013, tous droits réservés

Pour ceux que cela pourraient intéresser, deux nouveaux groupes Facebook ont été créés.

L’un concernant les verdiers et l’autre les merles, grives et étourneaux.

 

https://www.facebook.com/groups/1959689440969869/    

 

https://www.facebook.com/groups/1165996750199133/